Clichy, le 6 novembre 2018 – Après l’annonce de la hausse du chômage pour le 3ème trimestre 2018 (+0,5%), les créations d’emplois dans l’intérim connaissent dans le même temps un ralentissement (-1,7% en septembre 2018)*. Indicateur avancé de l’emploi en France, l’intérim reste l’une des voies d’accès au monde du travail et une opportunité d’insertion professionnelle pour un grand nombre de personnes sans emploi. Souvent associé à une forme de précarité et d’insécurité, le statut d’intérimaire dispose pourtant de nombreux atouts : le droit aux indemnités chômage dès lors que les salariés intérimaires ont travaillé au moins 88 jours au cours des 28 derniers mois ; des règles de calcul similaires à ceux des salariés en CDI (délai de carence, délai d’indemnisation, abandon de poste etc…) ; le droit au maintien de leur inscription à Pôle Emploi ; l’accès à des prestations (aide au crédit, accès au logement et à la complémentaire santé) si un taux minimum d’heures de travail de 414 heures sur les 12 derniers mois est atteint ;

 

Certains de ces avantages pourraient être remis en cause dans le cadre de la réforme de l’assurance chômage qui vise à encadrer davantage les contrats courts (CDD, missions d’intérim,) et le cumul des « allocations salaire ». En effet, selon le gouvernement, ce dispositif n’incite pas au retour à l’emploi durable et creuserait même un déficit budgétaire…

 

Alors que les syndicats et le patronat débuteront la négociation d’une nouvelle convention d’assurance-chômage le 9 novembre, quels sont les enjeux de cette réforme pour les intérimaires ?

 

  • Pourquoi l’indemnisation des intérimaires fait-elle débat ?
  • Quels droits liés au statut d’intérimaire pourraient disparaître ?
  • La réforme ne va-t-elle pas finalement créer une véritable précarité des intérimaires ?

 

 

Vincent Rech, co-fondateur et PDG de Staffmatch, se tient à votre disposition pour vous apporter un éclairage/analyse sur ce sujet

 

Diplômé de l’ESCP Europe en 2011, Vincent Rech, 31 ans, a débuté sa carrière chez Morgan Stanley à Londres, en structuration et trading. Une fonction qu’il occupera pendant 3 ans, avant de reprendre, en 2014,  la société familiale spécialisée dans l’hôtellerie à Paris. Face au manque d’agilité des agences d’intérim auxquelles il a recours, cette expérience dans l’hôtellerie le mènera directement à la création de Staffmatch en 2015 aux côtés de deux amis d’enfance, Brice Cournut et Ludovic Barreca. Staffmatch est la première entreprise d’intérim nouvelle génération et allie le digital et le contact humain pour proposer une gestion simplifiée et facilitée de l’intérim tant pour les entreprises que pour les intérimaires.

 

 

*Baromètre Prism’emploi publié le 29/10.