Turner International limite ses coûts et réduit de 70 % la durée des montages grâce à une étroite coopération avec Sony

 

Basingstoke, le 17 mai 2018 – En adoptant une approche agile du développement de systèmes logiciels, Sony aide Turner EMEA à automatiser ses workflows de gestion des ressources et contenus alors que la société traverse une période de mutation rapide. Sony permet ainsi à Turner de réaliser d’importants retours sur ses investissements technologiques et d’assurer à ses spectateurs une diffusion plus rapide des contenus, sur une gamme étendue de plateformes. Trois ans après le début de sa coopération avec Turner, Sony continue de démontrer une capacité d’adaptation remarquable face à des exigences en constante évolution.

Turner, société de Time Warner engagée dans l’innovation et le développement, propose ses marques aux spectateurs d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique (région EMEA), par le biais de chaînes linéaires, ainsi que sur le Web, sur VOD et sur DVD, ou encore via des plateformes émergentes, mobiles, de jeu, de merchandising et de publication.  Sa gamme de marques inclut des chaînes pour enfants, des chaînes de divertissement, des chaînes sportives et des chaînes d’actualité, avec Cartoon Network, Boomerang, Cartoonito, Boing, adult swim, Toonami, Warner TV, TCM et TNT, CNN, Great Big Story, Bleacher Report et e-league, ainsi que les nouveaux projets Toonix, en partenariat avec HBO Nordic, et le service de streaming de films FilmStruck.  Dans la région EMEA, Turner exploite actuellement 69 chaînes dans vingt langues et 125 pays.

Une diffusion simultanée dans plusieurs langues et plusieurs pays

Pour permettre à Turner de diffuser un portefeuille en pleine croissance, ses différentes équipes opérationnelles préparent chaque semaine des centaines d’heures de contenus prêts pour la distribution, en commençant par des programmes montés, généralement en anglais, puis en reconvertissant ces émissions de manière à permettre leur diffusion dans différents pays et différentes langues, sur une grande variété de plateformes.

Ce processus implique, entre autre, la mise en conformité juridique, le montage, le doublage, le sous-titrage et le conditionnement des contenus, avec à la base le système de gestion des contenus et workflows dématérialisés de Turner EMEA qui s’appuie sur la plateforme d’orchestration et d’intégration Media Backbone Conductor (MBC) de Sony.

Installée dans les différents bureaux européens de Turner, la plateforme MBC coordonne les différents systèmes et services, y compris certains services et systèmes tiers, dans le cadre du workflow de bout en bout : réception, préparation, conditionnement et livraison des contenus, avec un suivi tout au long du processus. Il est important de noter que cette plateforme a également contribué au développement de l’automatisation, libérant ainsi des équipes à même de traiter des volumes de contenus toujours plus importants. Au sein de Turner, cette configuration de gestion des contenus est connue sous le nom de Turner Media Center (TMC).

« Les avantages du TMC sont multiples », explique Rob Cranfield, Responsable des chaînes d’approvisionnement de contenus multimédias pour le groupe EMEA Tech & Ops chez Turner. En créant un workflow dématérialisé pour les équipes de conformité, le TMC a réduit de 70 % la durée des montages chez Turner, ce qui permet d’économiser de l’argent et de diffuser les contenus plus rapidement. Parallèlement, en intégrant les contenus d’origine et les archives multimédias existantes dans le TMC, les utilisateurs de l’ensemble de la zone EMEA peuvent désormais rechercher, visualiser et modifier plus de 500 000 contenus multimédias, 93 000 heures de contenus SD et 24 600 heures de contenus HD, et les distribuer aux fournisseurs de contenus. L’amélioration des délais de commercialisation et la réduction des coûts et des délais, qui nous permet de nous concentrer sur le traitement de plus gros volumes de contenus, constituent des avantages de taille alors même que nous continuons de développer notre portefeuille de services ».

Entre autres avantages, Turner peut diffuser son contenu reflétant de nombreux genres, sur différents marchés et dans de nombreuses langues en même temps. Le TMC est aussi à l’origine d’une amélioration du rendement, avec une augmentation de 56 % du nombre de transcodages accomplis chaque année et une croissance de 48 % des éléments livrables VOD/mobiles/connectés, en ligne avec l’extension de Turner EMEA sur le marché des propositions à plateformes multiples.

Contrairement à certains projets de développement de logiciels, le TMC a la particularité de ne pas avoir été mis en œuvre de manière traditionnelle, qui suit le schéma spécification, conception, réalisation, diffusion. Au lieu de cela, une approche agile a été adoptée afin de garantir à Turner une flexibilité accrue, une plus grande marge de manœuvre face aux changements et une optimisation de ses bénéfices commerciaux, l’objectif étant de s’adapter à des besoins en constante évolution.

Cet accord agile met à la disposition de Turner un certain nombre de « journées développeurs idéales ». Turner peut ainsi décider chaque mois de la fonctionnalité requise pour le TMC et recevoir un nouveau code de la part de l’équipe de Sony. Ce code est alors déployé dans le système actif où les fonctionnalités peuvent être présentées aux utilisateurs et testées. Une fois que les utilisateurs sont satisfaits, on passe à l’étape suivante du projet.

Cette approche permet à Sony de repérer ce qui peut être automatisé de manière incrémentielle, afin d’économiser du temps et de réduire les coûts manuels à chaque modification plutôt que d’attendre des mois pour obtenir des fonctions, des correctifs et des mises à jour aboutis.

Du point de vue de Turner, elle permet de tester le marché intérieur. Il est possible d’ajouter une fonctionnalité au TMC sans qu’il soit nécessaire de consacrer d’énormes ressources de temps et d’argent à son développement. Les utilisateurs ont alors rapidement la possibilité de vérifier que la fonctionnalité livrée correspond à leurs exigences initiales.

Comme le montrent de nombreux de systèmes logiciels développés suivant l’approche traditionnelle, l’alternative consiste à laisser les programmeurs passer des mois à développer quelque chose dont le résultat ne correspondra pas forcément à ce que voulait l’utilisateur.

Bien sûr, la modification en continu d’un système logiciel actif en constante utilisation présente certains défis.

Sony a donc conçu des méthodes de travail permettant de réduire au maximum les risques. Ces méthodes incluent les initiatives suivantes : apporter des petites touches de changement graduelles ; effectuer des tests dans l’environnement du client ; offrir régulièrement aux utilisateurs experts l’occasion d’examiner le système et de partager leurs commentaires avant déploiement ; communiquer quotidiennement entre équipes.

Un système en constante évolution

En 2017, plusieurs fonctionnalités inédites ont ainsi été ajoutées au système actif, notamment la possibilité de mélanger, mettre en correspondance et manipuler des ressources et des autorisations pour que des tiers puissent lancer des demandes automatiques en cas de documents manquants.

Parmi les fonctionnalités qui seront ajoutées prochainement, un workflow de promotion intégré, un workflow de montage à distance permettant un accès près du contenu et une correction automatique de certains contenus. Les activités de Turner peuvent être géographiquement indépendantes et s’adapter à l’évolution des habitudes de travail puisque les employés peuvent travailler sur site ou à distance.

Matt Bowers, Responsable de l’équipe Professional Solutions chez Sony European Professional Engineering, estime que l’approche agile a « remis le contrôle du projet entre les mains du client, permettant à Turner de garder également le contrôle des coûts ».

« La société Turner sait qu’elle va bénéficier de nouvelles fonctionnalités à la fin de chaque cycle de cinq semaines et qu’il s’agira des outils, workflows, avantages et fonctionnalités qu’elle a demandé, explique-t-il.  Si Turner doit changer de cap suite à un changement dans ses priorités, elle peut le faire sans passer par un long processus de contrôle des changements ou de renégociation des contrats. De même, avec une méthode de travail agile, il n’est pas nécessaire de s’engager à payer d’énormes frais de développement sans pouvoir en prévoir le rendement. Au lieu de cela, il est possible de présenter les coûts et les avantages au fur et à mesure à l’entreprise, en rendant compte aux actionnaires chaque mois et en chiffrant la nouvelle valeur ajouté ».

Sony et Turner se sont engagés à coopérer de manière pérenne afin de suivre ensemble le processus jusqu’au bout et de s’adapter rapidement aux besoins futurs.

Il s’agit d’un partenariat de confiance entre les deux parties. Il illustre les avantages d’un travail agile et permet à Turner d’apporter plus de contenu à ses fans, plus rapidement et sur un plus grand nombre de plateformes. Il démontre que Sony est capable d’être agile, centré sur l’utilisateur et abordable tout en fournissant des solutions logicielles bénéficiant d’un fort retour sur investissement.