–         En 2018, le salaire des cadres enregistre la plus forte hausse depuis 6 ans,

–         Le secteur RH, Paie et Juridique  connaît une hausse de 2,4% sur un an. La pénurie de candidats oblige à développer de nouvelles compétences sur la marque employeur,

–         Les profils digitaux sont les plus recherchés et déclenchent une guerre des talents.

 

Bonne nouvelle pour les cadres en 2018 ! Porté par la croissance et une situation de plein emploi leur salaire a connu une hausse inédite de +2,7%, selon la 16ème édition du baromètre Expectra. 2018 marque une véritable rupture en enregistrant la plus forte hausse depuis 6 ans, en hausse d’un point par rapport à 2016 et 2017. Le salaire médian[1] des cadres s’établit ainsi à 44 720 euros en 2018, un chiffre obtenu après l’étude de 77 249 fiches de paie et basé sur les salaires réels. Ce résultat est la conséquence d’une conjoncture particulièrement bien orientée. Les cadres connaissent une situation de plein emploi et se retrouvent en position de force pour négocier. La digitalisation des entreprises, qui touche tous les secteurs, renforce encore ce phénomène. Les profils digitaux capables de maîtriser ces outils sont rares et alimentent la guerre des talents, ouvrant la voie à une surenchère des salaires. Dans ce contexte, le secteur RH, Paie et Juridique reste bien orienté à +2,4% sur un an.

 

 

« Après plusieurs années de hausse modérée mais régulière, les salaires cadres connaissent une augmentation significative de 2,7% entre 2017 et 2018. Cette hausse inédite depuis 2012, ne doit rien au hasard. Ils bénéficient d’une conjoncture porteuse, marquée par un taux de chômage inférieur d’un point au plein emploi. Encouragés par un rapport de force favorable, et une tendance des entreprises à privilégier les hausses individuelles, les cadres ont retrouvé des marges de manœuvre pour négocier leur rémunération. Cette situation confirme en outre des tensions de plus en plus nettes sur certains profils. La guerre des talents est belle et bien déclarée !« , déclare Christophe Bougeard, directeur général d’Expectra.

 

 

 

Le salaire des cadres, plus que jamais orienté à la hausse

 

Pénurie de main d’œuvre et guerre des talents 

L’amélioration de la conjoncture économique a permis aux dirigeants d’entreprises de reprendre confiance et d’investir davantage. Ce retour à l’optimisme impacte directement les besoins en recrutement, qui évoluent nettement à la hausse. Cette conjoncture aboutit en 2018 à une forte pénurie de main d’œuvre, notamment chez les cadres qui connaissent une situation de plein-emploi, avec un taux de chômage de 3,3%[2].

Pour capter les talents, les entreprises travaillent de plus en plus leur marque employeur et vantent auprès des candidats leurs atouts : intérêt des missions, cadre de travail agréable, équilibre des temps de vie ou plans individuels de formation. Mais ces atouts ne suffisent pas et les employeurs cèdent de plus en plus à la surenchère des salaires. Et pour cause, pour deux français sur trois (64%), le salaire reste le critère le plus déterminant dans le choix d’un emploi, selon l’étude employer brand research 2018[3] menée par le groupe Randstad France.

Tous les secteurs sont marqués par une hausse homogène des niveaux de salaire. Le secteur RH, Paie et Juridique ne fait pas exception avec une hausse à +2,4%. Ce résultat est le fruit de plusieurs facteurs combinés. Sous l’influence du numérique, les métiers du secteur se transforment. Les collaborateurs se voient confier des missions plus complexes et à plus forte valeur ajoutée.  Face à la pénurie de candidats, les métiers de la RH notamment doivent développer de nouvelles compétences, dans le domaine de la marque employeur notamment, pour accompagner la transformation de l’entreprise en vue d’attirer les talents.

 

L’impact de la digitalisation des entreprises

D’après le baromètre, l’augmentation du salaire des cadres reste en majeure partie individuelle et associée aux performances et aux compétences spécifiques de chacun. Cela est d’autant plus vrai pour les talents, principaux acteurs de la transformation digitale.

En effet, toutes les filières sont impactées par la transformation numérique et les entreprises doivent faire appel à des profils de plus en plus qualifiés. L’enjeu se situe aussi au niveau de la formation pour faire monter en compétences leurs collaborateurs, si elles veulent pouvoir s’adapter à ces changements et rester concurrentielles.

 

 

Les 10 meilleures progressions de salaires au plan national

 

 

 

Le secteur RHA, Paie et Juridique passé au crible

 

Globalement, toutes les filières sont concernées par la hausse des salaires cadres en 2018 et celle-ci est très homogène, autour de 2,6%.

 

RH, paie et juridique 

Contexte : Avec 2,4% de hausse salariale, la filière RH et juridique est celle qui a connu la hausse la plus modérée. Pour autant, certains profils se démarquent à l’image des juristes en droit social (+5,6%), des gestionnaires paie (+4,5%) ou des gestionnaires RH (+3,8%). Le secteur de RH est impacté par l’embellie économique et l’accentuation de la pénurie de talents. Ainsi, ses priorités résident dans l’amélioration de l’expérience candidats et des collaborateurs (amélioration des processus de recrutement, gestion des talents…). Concernant les directions juridiques, les sujets prioritaires concernent  la loi sur la protection des données (RGPD), la conformité ou encore l’application de la loi « Sapin 2 ».

Globalement, l’intégration de nouvelles technologies, la simplification et l’automatisation des processus permettent une meilleure efficacité et performance pour se concentrer sur des missions à plus forte valeur ajoutée.

 

Pourquoi ces progressions de salaires ?

  • Comme pour de nombreuses fonctions cadres, les RH ont désormais un rôle de business partner à jouer. Ainsi des nouvelles compétences comportementales (soft skills) font désormais partie des pré-requis indispensables : l’esprit d’équipe, le sens du service client ou la faculté d’adaptation ;
  • Les métiers de la paie sont transformés avec le numérique et les changements réglementaires. Ces fonctions se voient alors confier des missions à plus forte valeur ajoutée pour accompagner les changements. Les compétences requises évoluent en conséquence. On accorde, par exemple, une place plus importante à la communication pour expliquer et rassurer les collaborateurs face au changement. Parallèlement, on observe une pénurie sur ces métiers : les candidats en poste changent peu d’entreprises et les jeunes ne sont pas attirés par les métiers de la paie, jugés très techniques et rébarbatifs. Les gestionnaires de paie enregistrent donc la deuxième meilleure évolution de salaire

 

 

 

Méthodologie

· Le baromètre Expectra des salaires cadres est bâti à partir de l’ensemble des postes pourvus par Expectra (Intérim*, CDD et CDI) sur des profils allant de bac + 2 à bac + 5.

· Au total, 77 249 fiches de paie ont été analysées, représentant 133 qualifications dont 67 fonctions cadres et 66 fonctions ETAM (agents de maîtrise), sur les métiers de six grandes filières d’activité : l’informatique et les télécoms, le BTP et la construction, l’ingénierie et l’industrie, le commerce et le marketing, la comptabilité et la finance et, enfin, les RH, la paie et le juridique.

· Il présente les rémunérations (médianes, minimales et maximales) et les évolutions de salaire enregistrées sur l’ensemble de l’année 2018 par rapport à 2017.

· La base de traitement est le salaire brut mensuel : les congés payés (10 %), les indemnités de fin de mission (10 %), les primes variables n’ont pas été pris en compte.

· Au global, 9 270 entreprises sont représentées, dont 65 % en province et 35 % en Île-de-France.

* La règle imposant qu’un(e) intérimaire soit rémunéré(e) au même niveau qu’un(e) salarié(e) titulaire garantit une bonne représentativité des salaires.

 

 

 

À propos d’Expectra

Expectra, filiale expert du Groupe Randstad France, est le leader français de l’intérim spécialisé et du recrutement, par l’expertise, des cadres et agents de maîtrise dans les domaines de l’Informatique & Télécoms, de l’Ingénierie & Industries, du BTP & Construction, de la Comptabilité & Finance, du Commercial & Marketing et de la RH, Paie & Juridique. En 2017, Expectra a recruté en CDI, CDD et intérim 17 500 experts, cadres ou agents de maîtrise, au bénéfice de ses 4 300 entreprises clientes. Expectra est présent dans les 28 plus grandes villes françaises avec 460 consultant(e)s et chargé(e)s de recrutement organisés par ligne d’expertise métiers.

 

En savoir plus sur : www.recruter.expectra.fr   @expectra_emploi

 

 

[1] Le salaire médian, à ne pas confondre avec le salaire moyen, divise la population en deux parts égales : une moitié gagne plus, l’autre gagne moins

[2] Insee, Enquête Emploi 2017

[3] Employer Brand Research, mars 2018