Au premier semestre 2014, un salarié non cadre en Midi-Pyrénées touchait en moyenne 1.536 euros bruts mensuels, soit une rémunération en hausse de 0.5 % par rapport au premier semestre 2013, selon le dernier baromètre Randstad. Un rythme de progression bien en deçà de celui constaté en 2013 (+2,2 %). Midi-Pyrénées est ainsi la région où la rémunération moyenne des salariés non cadres a le plus ralenti. Sur cette même période, la rémunération moyenne d’un salarié non cadre en France a progressé de 1,25 % pour un salaire de 1.541 euros bruts mensuels. Avec une inflation en hausse de 0,6 %, sur les six premiers mois de l’année 2014, les salariés non cadres en Midi-Pyrénées doivent faire face à un recul de leur pourvoir d’achat de 0,1 %. Côté secteurs, le BTP, malgré une très faible hausse de 0,1 %, reste le secteur qui rémunère le mieux avec un salaire moyen de 1.595 euros bruts mensuels. Les secteurs des services et de l’industrie sont également en berne avec des hausses respectives des rémunérations moyennes de 0,6 % et 0,7 %. Le baromètre des salaires non cadres de Randstad est une étude non déclarative qui s’appuie sur des salaires constatés, extraits de 29.446 fiches de paie en Midi-Pyrénées.

 

Les salaires des non cadres restent dans le sillage du Smic

Avec une croissance en quête de rebond et un taux de chômage élevé, l’évolution des rémunérations des salariés non cadres dans le Midi-Pyrénées au premier semestre 2014 s’aligne sur la hausse du Smic. Les non cadres ayant des rémunérations relativement proches du salaire minimum, toute variation de ce dernier a des répercussions directes sur leur fiche de paie. Ainsi, la hausse de 0.5 % de la rémunération des salariés non cadres dans le Midi-Pyrénées au premier semestre 2014 par rapport à la même époque un an plus tôt s’inscrit dans le sillage de la progression du Smic sur cette même période (+ 1,05 %).

Autre effet du salaire minimum, la forte concentration des rémunérations des non cadres autour du Smic. Au premier semestre 2014, un salarié non cadre dans le Midi-Pyrénées percevait en moyenne une rémunération de 1.536 euros, soit un niveau supérieur de 6,2 % au salaire minimum.

 

Le secteur agroalimentaire, la nouvelle force du Midi-Pyrénées

Au second trimestre 2014, le taux de chômage en Midi-Pyrénées atteignait 10,1 %, en ligne avec la moyenne nationale à 10,2 %. La région profite toujours du dynamisme de l’aéronautique. C’est ainsi tout un écosystème de constructeurs et de sous-traitants qui conservent leur optimisme.

D’autres secteurs permettent également à la région de maintenir son activité économique. Le secteur pharmaceutique, soutenu par de grands laboratoires spécialisés dans la production de médicament ou de soins dermatologiques, continue de bien se porter. Le tourisme aussi contribue au dynamisme régional.

Alors que le BTP souffre toujours beaucoup, ce sont les secteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire  qui, cette année, tirent le mieux leur épingle du jeu. Et envoient des signaux positifs. Ces secteurs reposent essentiellement sur de grosses coopératives et un tissu dense de PME couvrant chaque étape de la production alimentaire, de la fourche à la fourchette. Cette capacité régionale à produire, transformer et distribuer ses produits est un atout régional parfois méconnu.

 

L’évolution régionale des qualifications et des secteurs

En Midi-Pyrénées, les salaires des non cadres ont connu des progressions très hétérogènes au cours du premier semestre 2014.

  • Ce sont les employés qui enregistrent la plus forte hausse salariale, + 1,2 % (+ 1,4 % en moyenne en France), et un salaire moyen qui s’établit à 1.526 euros bruts, inférieur à la moyenne nationale (1.531 euros).
  • Ils sont suivis des ouvriers non qualifiés, à 0,9 % de hausse (moyenne nationale à 1,2 %) pour une rémunération moyenne de 1.499 euros bruts (moyenne nationale à 1.510 euros bruts).
  • Viennent ensuite les professions intermédiaires, dont les rémunérations ont progressé de 0.6 % (0,9 % d’augmentation en moyenne en France) avec un salaire moyen de 1.818 euros, (1.765 euros bruts à l’échelle nationale).
  • Les ouvriers qualifiés, enfin, ont vu leur rémunération moyenne stagner au premier semestre 2014 par rapport au premier semestre 2013 (moyenne nationale en hausse de 1,3 %), et atteindre 1.549 euros bruts (1.559 euros bruts à l’échelle nationale).

Midi Pyrénnées tableau 1

  • C’est l’industrie qui, avec une revalorisation des salaires de 0,7 %, enregistre la meilleure performance en Midi-Pyrénées, une hausse inférieure à la moyenne hexagonale (+1,2 %). Le salaire dans ce secteur s’établit à 1.540 euros bruts en moyenne (1.543 euros bruts à l’échelle nationale).
  • Les services suivent avec une progression de 0,6 %, là aussi inférieure à la moyenne nationale (1,3 % de hausse), et une rémunération moyenne de 1.495 euros bruts (1.513 euros bruts à l’échelle nationale).
  • Le BTP ferme la marche avec une évolution en hausse de 0,1 % d’une année sur l’autre (moyenne nationale à +1,3 %), et un salaire moyen de 1.595 euros bruts (1.620 euros bruts à l’échelle nationale).

Midi-Pyrénées par rapport aux autres régions de France

midi pyrennes tableau 2

METHODOLOGIE

  • Une étude basée sur les salaires réels constatés, et donc non déclarative, réalisée sur le premier semestre 2014 et le premier semestre 2013.
  • 29 446 fiches de paie d’intérimaires* Randstad analysées en Midi-Pyrénées.
  • Couverture de tous les domaines sectoriels du marché de l’emploi français à travers 120 métiers non cadres.
  • Les salaires présentés sont les salaires réels des intérimaires, qui sont payés au même niveau que les salariés permanents.
  • La base de traitement est le salaire brut mensuel : les congés payés (10%), les indemnités de fin de mission (10%) et les primes variables (13%) n’ont pas été pris en compte.

* La règle imposant qu’un intérimaire soit rémunéré au même niveau qu’un salarié titulaire garantit une bonne représentativité des salaires.