Paris, le 11 janvier 2018 – Alors qu’une nouvelle règlementation, qui entre en vigueur samedi 13 janvier 2018, va changer les règles du jeu de la carte bancaire au profit des clients, Meilleurebanque.com, premier comparateur indépendant de frais bancaires en France, fait le point sur les principaux changements de début 2018 concernant la carte bancaire.

La fraude à la carte mieux couverte, le sans-contact élargi

 

A partir du 18 janvier, les clients seront mieux couverts en cas de fraude sur leur carte bancaire. La Directive révisée sur les Services de Paiement (DSP2) diminue, à partir de cette date, le plafond de franchise restant à la charge du client en cas de fraude ayant eu lieu avec utilisation du code confidentiel. Auparavant fixée à 150€, le reste-à-charge du client ne sera plus que de 50€.

Le client reste toujours dégagé de toute responsabilité pour toutes les fraudes sans utilisation du code confidentiel (sites internet sans 3D Secure, par exemple), sa banque devant le rembourser de l’intégralité du dommage. La DSP2 y ajoute tous les cas de fraudes avec code où le risque ne pouvait pas être détecté avant le passage du paiement frauduleux.

« Cette nouvelle Directive donne un message clair aux banques : en tant que distributrices – et propriétaires – des cartes bancaires, c’est à elles d’assumer le coût des fraudes, et de contrecarrer des techniques de plus en plus élaborées » analyse Maxime Chipoyresponsable demeilleurebanque.com. « Par ailleurs, ce renforcement de la protection de tous les clients diminue, mécaniquement, la couverture réelle apportée par les assurances moyens de paiementOr, nous ne constatons aucune baisse de tarifs sur ces assurances ! » remarque Maxime Chipoy.

Sur le paiement sans-contact, et malgré les craintes des clients lors de sa mise en œuvre, la fraude est pour l’instant très limitée : elle atteint 0,02% des montants d’achat par ce dispositif[1]. Ce bon résultat a décidé les établissements à remonter le plafond des paiements sans contact des cartes bancaires de 20 à 30€. Cette modification, décidée à l’automne, se fera au fur et à mesure du renouvellement des cartes bancaires. Environ un tiers du parc français passera ainsi, en 2018, au plafond de 30€. « Cette hausse va encore renforcer la carte comme premier moyen de paiement des Français. Nous devrions cette année – comme à Noël dernier – battre tous les records de paiements par CB en 2018. »

 

Tarifs des cartes : changer pour des débits différés ?

 

En ce début d’année 2018, le tarif des cartes bancaires va augmenter de manière modérée : en moyenne, de 0,8%. Mais cette moyenne cache de grandes différences : l’inflation est en effet plus forte pour les cartes à débit immédiat (respectivement 2,07%, 1,31% et 0,87%) que pour les cartes à débit différé. La carte classique débit différé baisse même, en moyenne, de 1,12% entre 2017.

« Cette différence vient d’une règlementation européenne[2] qui fait que désormais, les banques sont mieux rémunérées quand le client utilise une carte à débit différé que quand il utilise une carte à débit immédiatEn conséquence, elles poussent les clients à passer au débit différé »,ajoute Maxime Chipoy. « Et de fait, les clients ont tout intérêt à se poser la question de changer ou non de carte. Car au-delà du prix, la carte à débit différé présente l’intérêt de limiter fortement les frais en cas de découvert, les commissions d’intervention en particulier ».

Les très exclusives cartes Infinite, elles, sont moins touchées par l’inflation, avec une augmentation de seulement 0,87%.

 

 

 

Les banques pratiquant les augmentations de tarifs les plus fortes sont les suivantes :

  • Sur les cartes à contrôle de solde : Banque Populaire Côte d’Azur (devenue Méditerranée) (+15,4%) ; Crédit Agricole Alsace Vosges (+12,1%) ; Crédit Agricole Provence Côte d’Azur (+ 8,7%) ; LCL (+6,1%) et eLCL (+10,2%)

  • Sur les cartes classiques à débit immédiat : Crédit Agricole Nord Est (+19%) ; Banque Populaire Côte d’Azur (devenue Méditerranée)(+13,16%)
  • Sur les cartes classiques à débit différé : Banque Populaire des Alpes (devenue Auvergne Rhône Alpes) (+9,52%) ; Caisse d’Epargne Bretagne-Pays de Loire (+6,3%) ;

  • Sur les cartes Gold/Premier à débit immédiat : Banque Populaire Massif Central (devenue Auvergne Rhône Alpes)(+35,9%) ; Crédit Agricole Nord Est (16,7%)

  • Sur les cartes Gold/Premier à débit différé : Banque Populaire Massif Central (devenue Auvergne Rhône Alpes)(+35,9%) ; Crédit Agricole Lorraine (+8,41%)
  • Sur les Carte Infinite, quel que soit leur débit : Banque Chaix (devenue BP Méditerranée) (+56,8%) ; Crédit Agricole Loire Haute-Loire (+11,1%)

Les banques en ligne restent sur leurs tarifs 2017, et pour la plupart sur leur positionnement d’origine de la carte bancaire à 0€, classique ou Gold/Infinite selon conditions de revenus.