68% des étudiants estiment pouvoir réussir leur vie professionnelle aussi bien, voire mieux, que leurs parents  – Etude et infographie* Kelformation sur les étudiants et la perception de leur avenir professionnel –

68% des étudiants estiment pouvoir réussir leur vie professionnelle aussi bien, voire mieux, que leurs parents – Etude et infographie* Kelformation sur les étudiants et la perception de leur avenir professionnel –

Publié

Kelformation, 1er moteur de recherche de formation sur Internet s’est tourné vers les jeunes pour soulever une interrogation : les étudiants d’aujourd’hui croient-ils en leur avenir ? Alors qu’ils n’étaient qu’un tiers (29%) de pessimistes il y a 2 ans, près de la moitié (49%) des étudiants se déclarent désormais soucieux. Pour s’assurer le meilleur avenir professionnel par rapport à la génération précédente, ces derniers savent toutefois faire preuve de flexibilité et de motivation.

 

Le nombre d’optimistes reste modéré selon le niveau d’études. La question n’est en effet pas abordée de la même manière par les étudiants de Sciences Po-IEP (71% d’entre eux sont confiants) et par des jeunes issus du secondaire : seulement 34% des jeunes s’arrêtant au Bac ou à un niveau inférieur se déclarent rassurés. Pourtant, la majorité (53%) des étudiants s’accorde sur le fait que l’obtention de plusieurs diplômes ne garantit pas de passer entre les mailles des filets du chômage. Cette tendance est particulièrement marquée chez les femmes, qui sont 58% à ne pas miser sur les diplômes dans leur recherche d’emploi.

 

Pour contrer la menace d’un marché du travail peu favorable, de nombreux étudiants envisagent de partir travailler à l’étranger : 1 sur 3 déclare une expatriation possible en vue de démarrer une vie professionnelle, avec une proportion d’expatriés augmentant selon le niveau d’études.

 

« L’état d’esprit actuel des étudiants est plutôt mitigé, mais le désir de faire mieux que leurs ainés les motive. Ils sont en effet près de 70% à se projeter dans une carrière professionnelle identique ou supérieure à leurs parents. Cela ne les empêche pas pour autant de rester réalistes, puisqu’ils ne sont que 51% à espérer trouver un poste correspondant à leur domaine d’études  », commente Pascal Lasserre, Directeur Délégué de Kelformation.

enquête_infog_vf

 

* Infographie disponible sur simple demande.

 

Méthodologie : sondage mené sur Internet en décembre 2012, auprès de 1000 étudiants de 18 à 28 ans.