Paris, le 14 septembre 2016 Syntec Numérique et EY ont présenté hier soir les résultats de la sixième édition du Top 250 des éditeurs de logiciels, le panorama de référence du secteur portant sur près 400 entreprises. Si leur croissance se poursuit à un rythme soutenu avec + 15 % de chiffres d’affaires entre 2014 et 2015, les éditeurs rencontrent aussi des difficultés de recrutement, un frein qui constitue aujourd’hui l’un des enjeux clé du secteur et de son développement.

Franck Sebag et Jean-Christophe Pernet, associés EY en charge de l’étude, commentent : « Le cru 2015 des éditeurs français de logiciels est d’excellente qualité. Ce 6ème Panorama révèle des performances d’autant plus remarquables que le contexte général reste difficile. La croissance soutenue du secteur est portée par l’ensemble des éditeurs, avec une mention particulière pour les éditeurs sectoriels qui enregistrent un taux de croissance cumulé de 40 % sur les deux dernières années. De la même manière, l’ensemble des entreprises, quelle que soit leur taille, y contribuent ».

 

top-250

 

Les éditeurs de logiciel, le cœur battant du secteur numérique

Une filière d’excellence française : en 2015, mesurée en chiffre d’affaires, la croissance du secteur des éditeurs et créateurs de logiciels confirme une excellente dynamique, avec des taux de croissance annuels à deux chiffres, sur deux périodes consécutives. Dans le Top 10, deux champions se distinguent : le chiffre d’affaires de Criteo (1,2 milliard d’euros) progresse de 60 % et celui de Dassault Systèmes de 20 % pour atteindre 2,5 milliards d’euros.

Toujours une forte concentration du secteur : 7 % des éditeurs réalisent 70 % du chiffre d’affaires et 43 % du panel 2 % (ces derniers avec des ventes inférieures en moyenne à 2 M€). En 2015, toutes les catégories d’éditeurs contribuent à la bonne croissance du secteur avec cependant une très belle performance des sociétés de la catégorie 50-100 M€, comme en attestent les cas de Meta4 (+ 105 %), Focus Home Interactive (+ 59 %) ou Infovista (+ 55 %).

La stratégie d’internationalisation des éditeurs : la part du chiffre d’affaires réalisé à l’international progresse de manière linéaire en fonction de la taille des sociétés concernées, avec notamment une forte accélération pour les sociétés réalisant plus de 100 M€ de chiffre d’affaires. Ce constat démontre la nécessité de s’internationaliser afin d’accélérer son développement et d’atteindre une taille critique. Il ne doit cependant pas occulter le cas de sociétés dites « born global », qui s’internationalisent dès leur création. Ainsi, Neotys réalise déjà 81 % de ses ventes hors de France. Pour se développer, il semble donc nécessaire de se déployer à l’étranger de plus en plus tôt.

Recruter et retenir les talents, un véritable enjeu : l’effectif du secteur a progressé de 17 800 salariés entre 2013 et 2015, soit + 14 %, si l’on considère l’effectif total des éditeurs. Les recrutements se sont encore accélérés par rapport à la précédente édition du Panorama. 86 % des éditeurs interrogés souhaitent embaucher en 2016, contre 82 % l’an passé, ce qui confirme qu’il s’agit d’un enjeu majeur du développement. 78 % du panel font toutefois état de leurs difficultés à recruter certains talents dans un contexte où les besoins sont importants, afin de maintenir la croissance du secteur à un niveau élevé. Pour 66 % des entreprises, les talents rares sont toujours – sans surprise – les développeurs.

Un rythme toujours plus soutenu sur l’innovation : en moyenne, toutes catégories confondues, 10 % du chiffre d’affaires des sociétés étudiées sont destinés à la R&D. La part des effectifs qui y est consacrée est toujours en hausse : en 2015, elle croît de 1,4 point par rapport à 2014 et de 2,5 points par rapport à 2013. 75 % de ces effectifs sont basés en France. La tendance est la même qu’en 2014. Tous s’accordent en effet sur ce point : en France, un écosystème très favorable s’est constitué pour favoriser la R&D. Il conjugue, notamment, d’excellentes filières de formation pour les développeurs à une fiscalité incitative.

Les opportunités de croissance : la part du SaaS (« Software as a Service ») et des services Internet dans l’activité des éditeurs continue de croître. En 2015, elle représente 25 % du chiffre d’affaires contre 22 % en 2014. On observe également une priorité au Cloud (49 % du panel) et une percée spectaculaire du Big Data (12 % du panel).

« L’édition logicielle française confirme un dynamisme inépuisable, elle constitue une source de création de valeur pour l’ensemble de nos entreprises. Tout démontre que les entreprises qui s’engagent dans une vraie stratégie de transformation bénéficient de dividendes importants en termes de marges opérationnelles. Le rôle des éditeurs est de permettre cette transformation, de permettre une évolution des business models qui la sous-tendent. Plus qu’un rôle, c’est une vocation cruciale, d’autant plus en France dont le tissu des Petites et Moyennes Entreprises reste encore fragile si nous le comparons à celui de nos voisins allemands. Supporter le passage à l’échelle des PME est un défi qui s’applique aussi aux acteurs de notre industrie qui, je le rappelle, compte 2500 éditeurs, et dont près de 80% sont des PME. De l’avenir de la croissance des éditeurs de logiciels français dépend celui de notre économie en général. Aussi, je souhaite pouvoir renforcer l’effort consenti pour non seulement faire connaitre les spécificités et les enjeux de notre secteur, en particulier auprès des pouvoirs publics, mais aussi pour que ces mêmes spécificités et enjeux soient bien compris par tous », déclare Marc Genevois, Président du collège Editeurs, Syntec Numérique.

 

Lauréats des trophées 2016

Animée par Anicet Mbida, la cérémonie a récompensé quatre éditeurs, en présence de Laurent Kocher, Directeur exécutif Marketing, Innovation et Services Keolis, invité d’honneur.

Trophée 2016 International, décerné à la société Neotys, qui aide les entreprises à garantir la fiabilité, la performance et la qualité de leurs applications. Neotys est l’un des principaux innovateurs sur les marchés du test en charge et de la supervision de performance pour les applications web et mobiles.

Trophée 2016 Innovation, décerné à la société The Cosmo Company, spécialisée dans la modélisation et la simulation de systèmes complexes. Les logiciels et services développés apportent des innovations de rupture sur des sujets comme la résilience de chaines logistiques complexes, la robustesse de réseaux critiques (électricité, eau, communication,…), l’optimisation de l’impact environnemental d’infrastructures urbaines ou encore l’optimisation de la bioproduction pour l’industrie pharmaceutique.

Trophée 2016 Jeux vidéo, décerné à la société Asobo Studio, studio de développement reconnu pour la qualité de ses productions (jeux à licences, action-aventure, jeux de course…). Ils sont notamment à l’origine de jeux basés sur de célèbres licences (Ratatouille, Wall-E, Garfield, Toy Story…).

Trophée 2016 Prix du public, décerné par un vote en direct des participants de la soirée à TVTY, société spécialisée dans le webmarketing et la publicité en ligne.

 

***************

Méthodologie du panorama TOP 250 :

Le Top 250 des éditeurs et créateurs de logiciels français est réalisé sur la base d’une enquête par questionnaire menée auprès des acteurs français du logiciel. Seules sont incluses dans ce panorama les sociétés françaises déclarant ne pas être filiales d’un groupe étranger sur l’exercice concerné. Les éléments chiffrés individuels communiqués dans la présente étude sont issus de données déclarées par les entreprises en réponse au questionnaire, et complétés pour certaines sociétés de données publiques.

Le classement général est effectué sur la base du chiffre d’affaires correspondant à l’activité d’édition de logiciel. Plus de 380 éditeurs ont répondu cette année à notre questionnaire. La présente étude distingue trois catégories selon les profils et spécialités des éditeurs, certains pouvant appartenir à plusieurs catégories :

  • Les éditeurs “Sectoriels”, dédiés à un secteur d’activité particulier (banque, administration, industrie, transport, etc.) ;
  • Les éditeurs “Horizontaux” proposant une offre générale à tous les secteurs d’activité ;
  • Les éditeurs “Particuliers et jeux”.

Nous désignerons les éditeurs et les créateurs de logiciels par les expressions “les éditeurs” ou “le secteur”.

EY I Audit I Conseil I Fiscalité et Droit I Transactions

EY est un des leaders mondiaux de l’audit, du conseil, de la fiscalité et du droit, des transactions. Partout dans le monde, notre expertise et la qualité de nos services contribuent à créer les conditions de la confiance dans l’économie et les marchés financiers. Nous faisons grandir les talents afin qu’ensemble, ils accompagnent les organisations vers une croissance pérenne. C’est ainsi que nous jouons un rôle actif dans la construction d’un monde plus juste et plus équilibré pour nos équipes, nos clients et la société dans son ensemble.

EY désigne l’organisation globale et peut faire référence à l’un ou plusieurs des membres d’Ernst & Young Global Limited, dont chacun est une entité juridique distincte. Ernst & Young Global Limited, société britannique à responsabilité limitée par garantie, ne fournit pas de prestations aux clients. Retrouvez plus d’informations sur notre organisation sur www.ey.com/fr

Cette publication  a valeur d’information générale et ne saurait se substituer à un conseil professionnel en matière comptable, fiscale ou autre. Pour toute question spécifique, vous devez vous adresser à vos conseillers.

EY est une marque déposée au niveau mondial. Merci de considérer l’empreinte sur l’environnement avant d’imprimer ce document.

© 2015 Ernst & Young et Associés

Contact presse / Bonnie Olivier : 01 46 93 48 92 / bonnie.olivier@fr.ey.com

www.ey.com/fr