Plus de la moitié des Français projettent de travailler pendant leurs vacances d’été

Publié

La dernière étude menée par Regus révèle l’incapacité des collaborateurs hexagonaux
à bannir le travail pendant leurs vacances

Paris, le 26 juin 2012 – Tandis que fleurissent toutes sortes de conseils pour préparer au mieux ses vacances en ce début d’été, Regus, premier fournisseur mondial d’espaces de travail flexibles, a réalisé une enquête internationale auprès de plus de 16 000 personnes dans plus de 80 pays afin de savoir s’ils travailleront pendant leur break estival.

 

Les résultats parlent d’eux-mêmes : Pour plus de la moitié des actifs français (58%), les vacances d’été cette année ne seront pas synonymes de détente totale : ils devraient consacrer plusieurs heures par jour à leur travail au lieu de se délasser au bord de la piscine ou de passer du temps en famille et entre amis.  Une tendance généralisée à l’échelle mondiale.
 

Selon Frédéric BLEUSE, Directeur Général France de Regus : « Les congés sont essentiels non seulement pour resserrer les liens avec ses proches, mais aussi pour se reposer. Dans la mesure où divers rapports indiquent que le stress est propice au développement d’une anxiété maladive, il s’avère d’autant plus important pour les professionnels de savoir décrocher de temps en temps et de s’octroyer de vraies vacances. »

 

Portrait de ces salariés accros à leur travail

  • En France, 44% des personnes interrogées ont affirmé qu’elles travailleraient de 1 à trois heures par jour pendant leurs vacances d’été. Un pourcentage de 48% à l’échelle mondiale.
  • Parmi les professionnels opiniâtres qui ne parviennent pas à se déconnecter du travail se trouve en outre une minorité d’accros invétérés au travail : ainsi 14 % des professionnels français travailleront plus de trois heures par jour pendant les vacances (20% au niveau mondial).
 

Je travaillerai entre 1 et 3 heures pendant mes vacances d’été

Je travaillerai plus de 3 heures pendant mes vacances d’été

 

 

  • Des disparités existent cependant selon la taille et le secteur d’activité des entreprises dans lesquelles exercent les collaborateurs :

–       Les collaborateurs des TPE-PME sont 48% à affirmer qu’ils travailleront de 1 à 3 heures par jour pendant leurs vacances, contre 37% de ceux exerçant dans les grandes entreprises et 19% de ceux des moyennes entreprises. De même, 17% des salariés des TPE-PME travailleront plus de 3 heures par jour au cours de leurs congés, contre respectivement 7% et 4% de ceux des grandes et moyennes entreprises.

–       Les collaborateurs exerçant dans le secteur des médias et du marketing sont 22% à dire qu’ils travailleront plus de 3 heures par jour pendant leur pause estivale. Ces pourcentages sont de 15% pour les salariés de la banque-assurance, de 14% pour ceux du conseil, et de 9% pour ceux des TIC.

 

  • A l’échelle locale, des différences notables sont également à noter :

–       50% des Toulousains travailleront jusqu’à 3 heures par jours pendant leurs vacances. Ce pourcentage est de 48% pour les Lyonnais, 44% pour les Parisiens, 39% pour les Strasbourgeois, et 38% pour les Niçois.

–       Les Niçois et les Lyonnais sont en revanche respectivement 25% et 24% à déclarer qu’ils travailleront plus de 3 heures par jour lors de leur break, contre 18% des Toulousains et 13% des Parisiens.

 

Des collaborateurs qui restent connectés, même en congés

« Le développement des technologies implique que les travailleurs restent connectés en permanence. Ils cèdent facilement à la tentation de consulter leurs e-mails et de finir d’éventuelles tâches qui en découlent. La prolifération des smartphones, netbooks et connexions Internet permet difficilement de se déconnecter du travail de manière réelle. Or prendre une pause et consacrer son temps libre au repos, à sa famille et à ses amis demeure toutefois vital pour rester en bonne santé. », commente Frédéric BLEUSE.

 

  • Nombreux sont les Français qui resteront pourtant scotchés à leurs smartphones et leurs netbooks pendant leurs vacances : 39 % d’entre eux déclarent qu’ils passeront des coups de fils et consulteront leurs e-mails. Les Français resteront ainsi davantage connectés que leurs homologues anglais (25%) et allemands (10%) par exemple, mais moins que les professionnels américains (42%). Ce pourcentage est de 37% à l’échelle mondiale.
  • En France, 43% des employés des TPE-PME ont affirmé qu’ils resteront connectés pendant leurs vacances, contre 32% de ceux des grandes entreprises et 23% de ceux des moyennes entreprises.
  • En termes de secteur d’activité, les disparités sont grandes : 67% des collaborateurs exerçant dans les médias et le marketing resteront connectés, contre 41%, 38% et 33% de ceux de la banque-assurance, du conseil et des TIC.
  • A l’échelle locale, ce sont les Niçois qui consulteront le plus leurs e-mails et seront les plus nombreux à passer des appels professionnels (44%). Un pourcentage de 41% pour les Toulousains, 40% pour les Parisiens, 36% pour les Lyonnais et 33% pour les Strasbourgeois.

« Consulter ses e-mails jusqu’à l’aube afin d’essayer, généralement sans succès, de travailler tout en participant activement aux vacances familiales ne peut qu’amener les travailleurs au bord de l’épuisement et contrarier tout le monde. Les entreprises doivent absolument réfléchir à des solutions permettant d’accroître l’efficacité et la productivité de leurs collaborateurs, afin que leur travail n’empiète pas sur leur temps libre. En apportant davantage de flexibilité et en permettant aux travailleurs de travailler plus près de chez eux et donc, de réduire le temps qu’ils passent dans les transports, les entreprises peuvent gagner en efficacité tout en laissant leurs collaborateurs se déconnecter réellement du travail pendant leurs vacances. », souligne Frédéric BLEUSE.

 

Méthodologie :

Plus de 16 000 entreprises, réparties dans plus de 80 pays et issues de la base de contacts internationale de Regus ont été interviewées en janvier 2012. Avec une base de plus d’un million de contacts, les études de Regus offrent une vision très réaliste de l’avis des managers et chefs d’entreprises dans le monde. Les chiffres de cette étude résultent de questions portant sur le travail des collaborateurs pendant leurs congés estivaux. L’étude a été administrée et gérée par MarketingUK, une société indépendante.